Découvrez les recettes, les suggestions et les menus pour trouver des idées pour chaque plat.
Idées à cuisiner Tout afficher
  • Les suggestions
La recette du mois
La recette du mois

Muffins aux myrtilles sauvages bio

Découvrir

Fermer
Les actualités Tout afficher

Une nouvelle gamme 100% veggie : demain, tous végétariens ? : Faisons le point sur la question et découvrons les innovations de Picard....

Lire la suite
Une nouvelle gamme 100% veggie : demain, tous végétariens ?

Les surgelés Picard contre le réchauffement : Picard, un acteur engagé !...

Lire la suite
Les surgelés Picard contre le réchauffement
Picard vous répond
Qualité et savoir-faire

Qualité & Savoir-Faire

Découvrez tous les sujets qui
nourrissent l'alimentation,
et nos réponses : petits secrets et grandes vérités au menu.

Parcourir

Fermer

Origine des produits (20 résultats) Tout afficher

  • "Je suis déçu par vos pavés de loup de mer, je ne retrouve pas les qualités du loup (bar) que j’ai l’habitude de consommer, ni en texture, ni en goût." Lire la réponse

    Pêché dans les eaux agitées d’Islande, le loup de mer est un poisson à la chair blanche et de saveur typée. Sa chair se rétracte à la cuisson ce qui lui confère une bonne tenue et une texture ferme et tendre à la fois. En revanche, le terme « Loup » est ambigu quand il désigne un poisson. En français, on peut le retrouver dans plusieurs noms de poissons. Mais seul leur nom est proche, les poissons et leur chair sont différents. Anarhichas lupus a deux dénominations de vente autorisées : loup de mer et loup de l’Atlantique. Il ne faut pas le confondre avec le bar (Dicentrarchus labrax) également appelé loup, notamment sur la côte méditerranéenne, dont la chair est délicatement parfumée et goûteuse et sa texture est fine et moelleuse. Ce poisson haut de gamme est d’un prix plus élevé, ses dénominations de ventes autorisées sont bar commun, bar ou loup. Le loup de mer est un poisson ayant un prix plus accessible.

  • "Un décret récent impose l’indication de l’origine des viandes dans les produits préparés : quand pourra-t-on trouver cette information sur vos produits ?" Lire la réponse

    En effet, un décret publié en août 2016 instaure la mise en place en France d’une expérimentation relative à l’étiquetage de l’origine des viandes utilisées comme ingrédients dans certaines catégories de produits pré- emballés (plats cuisinés contenant plus de 8 % de viande). La plupart de nos emballages présentent déjà cette information, au niveau de la liste d’ingrédient ou en complément de la mention « Produit élaboré en… à partir de viande origine … ». Certains emballages comportent également, pour plus de visibilité, un logo sur la face principale (Viande de France par exemple). Quelques étiquetages restent à adapter, dans le délai prévu par la règlementation (avril 2017). Nous avons par ailleurs décidé d’étendre cette mesure à l’ensemble de nos plats cuisinés, même ceux contenant moins de 8 % de viande.

  • "Quelle est la différence entre les mentions "production française" et "produit élaboré en France"" Lire la réponse

    La mention “production française” est apposée uniquement sur nos produits d’origine française (animal né, élevé et abattu en France ou légume cultivé et transformé en France). Si le produit provient d’un autre pays, mais que certaines opérations de transformation se déroulent sur le territoire français, nous précisons alors le type d’opération dont il s’agit ; à savoir  “conditionné en France” ou “élaboré en France”, par exemple. La mention «élaboré en France» signifie que le produit a été fabriqué dans un atelier de production situé en France ; en revanche, les ingrédients ne sont pas forcément tous d’origine française.

  • "Comment puis-je distinguer les poissons d'élevage des poissons sauvages parmi les espèces disponibles chez Picard ?" Lire la réponse


    Sur les emballages de tous nos poissons entiers, en morceaux, en filets et/ou en portions vous trouverez systématiquement l'une des 2 mentions suivantes :

    • "Poisson élevé en" pour tous les poissons d'élevage.
    • "Poisson pêché en" pour tous les poissons sauvages.

    Ce libellé a été retenu par la réglementation européenne pour désigner les poissons sauvages. Cette présentation permet d'indiquer la zone de capture pour la pêche en mer (exemple : Pêché en Atlantique Nord-Est) ou le pays concerné pour la pêche en eaux douces. Seule la mention "élevé en" est reprise sur notre catalogue.
    Les poissons d'élevage que nous proposons actuellement sont les suivants : saumon atlantique, filets de daurade royale avec peau, pavés de truite Arc-en-Ciel, filets de pangas , filets de tilapia.

  • "Comment puis-je m’assurer que le thon de couleur rouge que vous commercialisez en découpes ou dans les plats cuisinés n’est pas du thon rouge dont l’espèce est menacée ?" Lire la réponse

    Il est presque impossible de distinguer visuellement l’espèce menacée «Thunnus thynnus » des autres espèces lorsque le poisson n’est pas entier. En effet, la plupart des thons ont une chair de couleur rouge à l’état cru qui se transforme lors de la conservation en une couleur plus brun rouge à beige brun. Seul le germon (ou thon blanc) ne l’est pas et se distingue donc visuellement. Le thon rouge «Thunnus thynnus » n’est présent dans aucun produit de notre gamme (qu’il s’agisse de découpes ou de plats élaborés comme les sushis, pizzas, gratins). Nous utilisons exclusivement les espèces suivantes : thon albacore, thon germon, Listao (ou bonite à ventre rayé).

  • "Importez-vous des produits du Japon et quelles sont les conséquences sanitaires suite à l’incident de Fukushima ?" Lire la réponse

    Nous utilisons très peu d’ingrédients produits au Japon, des sauces soja principalement. Toute nouvelle importation postérieure au séisme est soumise à des contrôles complémentaires de notre part, en plus des contrôles officiels, afin de garantir l’innocuité de nos produits. Notre laboratoire interne est en effet équipé pour le contrôle de la radioactivité dans les aliments car nous réalisons cette analyse de manière systématique sur certains produits depuis plusieurs années (champignons sauvages par exemple). Outre les contrôles que nous réalisons sur les ingrédients d’origine du Japon, nous avons étendu notre surveillance sur une zone plus large (pays voisins et milieu marins).

  • "J’achète régulièrement des Saint-Jacques qui viennent de pays éloignés (Chili, Argentine …), mais je pense qu’il serait écologique d’utiliser en priorité les produits locaux afin d’éviter du transport inutile." Lire la réponse

    Nous proposons 6 références de noix de St- Jacques, dont 3 sont d’origine française. D’une manière générale, nous privilégions les produits d’origine «locale» (70 % de nos produits bruts viennent de France et 99% d'union européenne), mais nous devons faire appel à des produits plus éloignés pour plusieurs raisons :

    • Le produit n’existe que dans des pays lointains : c’est le cas des fruits exotiques, de certaines espèces de produits de la mer…
    • Le produit local ne permet pas une offre qualité/prix accessible à tous : c’est le cas de la noix de Saint-Jacques avec corail. Ainsi, l'origine France plus grosse coûte environ 2 fois plus cher que l'origine Chili/Pérou plus petite. - Le produit local ne dispose pas de quantités suffisantes pour satisfaire tous nos besoins. Multiplier les sources d'approvisionnement permet de ne pas mettre une pression excessive sur une seule espèce dans une seule zone de pêche. La diversité de l'offre oeuvre pour la durabilité des espèces pêchées.


    Les études environnementales que nous avons réalisées sur 6 de nos produits entre 2010 et 2011 (6 analyses de cycle de vie ou "ACV") nous enseignent que c'est la phase amont (culture, élevage, pêche) qui constitue la majeure partie des impacts environnementaux, le transport entrant (de nos fournisseurs jusqu'à nos entreprôts frigorifiques) représentant moins de 10% des impacts. Précisons que ceci n'est valable que parce que nos produits d’importation sont acheminés exclusivement par bateaux et jamais par avion. Or, un produit acheminé d’Asie par exemple en bateau aura très souvent un impact CO2 plus faible que s’il était acheminé d’Europe de l’Est en camions (car un bateau transporte beaucoup plus de marchandise qu’un camion avec la même consommation de carburant). Notons que ces ACV marquent le début d'une vaste démarche d’éco-conception visant à réduire l’impact environnemental de nos produits, c’est-à-dire en prenant en compte leur origine (pratiques agricoles, de pêche...), mais également le mode de transport, le mode de fabrication, l’utilisation, et la fin de vie.

  • "Les mini-brochettes de poulet au miel et au thym sont excellentes, mais, surprise quand je découvre que le produit est transformé en Thaïlande. Vous devriez favoriser le made in France." Lire la réponse

    Sur les 17 références de découpes de volaille nature et marinées Picard, 16 sont élaborées en France (Vendée, Bretagne et Nord-Pas-de-Calais). Nous privilégions donc très largement nos partenaires français pour cette gamme en particulier.
    Les "mini-brochettes de poulet au miel et au thym" sont en effet élaborées en Thaïlande parce qu'elles nécessitent un savoir-faire et un procédé particulier que nous n'avons pas en France : chaque brochette est constituée à la main puis déposée des deux côtés sur un barbecue avant d'être surgelée. Le produit final offre une présentation très soignée et est déjà grillée pour être réchauffé au micro-ondes.

Nos suggestions

Haricots verts bio le sac de 600 g 4.33 /kg
Plus Moins
ª  2.60
4 biftecks hachés bio, pur boeuf, 15% M.G maximum la boîte de 400 g 14.87 /kg
Plus Moins
ª  5.95 6.75