Découvrez les recettes, les suggestions et les menus pour trouver des idées pour chaque plat.
Idées à cuisiner Tout afficher
  • Les suggestions

Fermer
Les actualités Tout afficher

Découverte : à la pêche à la bonite ! : Les palais gourmands en quête de nouvelles saveurs vont être servis!...

Lire la suite
Découverte : à la pêche à la bonite !

Rapport Développement Durable 2015 - 2016 : Picard, un acteur engagé !...

Lire la suite
Rapport Développement Durable 2015 - 2016
Picard vous répond
Qualité et savoir-faire

Qualité & Savoir-Faire

Découvrez tous les sujets qui
nourrissent l'alimentation,
et nos réponses : petits secrets et grandes vérités au menu.

Parcourir

Fermer

Santé et nutrition (11 résultats) Tout afficher

  • "Je viens de regarder un reportage TV qui concernait les "acides gras trans", c'est-à-dire hydrogénés par réaction chimique, saturés donc et dangereux pour la santé. Ils commencent à être interdits dans divers états des Etats Unis et éliminés par certaine" Lire la réponse

     

    Les acides gras trans sont présents dans certaines graisses végétales si elles sont hydrogénées ou partiellement hydrogénées  (graisses transformées industriellement qui contiennent des acides gras trans). Depuis plusieurs années, nous avons engagé une démarche de suppression des graisses  "hydrogénées" ou "partiellement hydrogénées" dans nos produits. Depuis début 2010, aucun produit Picard ne contient des graisses hydrogénées ou partiellement hydrogénées.

  • "Pourquoi l’emballage des myrtilles bio préconise de cuire les fruits ? N’est-il pas possible de les consommer crues ?" Lire la réponse

    Les myrtilles bio étant récoltées en forêt, elles sont au contact de la faune et de la flore sauvage. Les autorités sanitaires identifient l’existence d’un risque lié à la présence potentielle de parasites dans ce type d’environnement de récolte en Europe et préconisent dans les régions à risque de ne pas manger de plantes ou de fruits sauvages crus (pissenlits, myrtilles, fraises des bois…). Pour préserver au maximum les qualités organoleptiques de ce fruit très fragile, nos myrtilles sont directement surgelées sans lavage. Un tri pour sélectionner les baies les plus qualitatives est ensuite effectué après surgélation. Par mesure de précaution, nous conseillons donc la consommation après cuisson pour éviter tout risque, conformément aux préconisations des autorités. Lorsque vous souhaitez consommer des baies rouges crues, nous vous suggérons de choisir des baies issues de culture comme nos blueberries.

  • "Vous vendez déjà des brochettes toutes prêtes. Avez-vous une offre si on souhaite les faire soi-même ?" Lire la réponse

    Afin de répondre à la tendance croissante du fait maison, nous proposons depuis le mois de mai, 2 références de pièces de viande permettant chacune de réaliser 4 brochettes : Des morceaux de rumsteck de viande bovine française et des morceaux de filets de poulet français marinés à la provençale. Après simple décongélation, vous pouvez laisser libre cours à votre imagination et improviser en alternant ces pièces de viande et les ingrédients de votre choix : morceaux de poivrons, tomates cerise, fruits découpés… Des pics à brochettes en bois sont également disponibles dans nos magasins.

  • "Je consomme beaucoup de légumes surgelés et j’aimerais m’assurer que les emballages ne renferment pas de substances indésirables comme le bisphénol." Lire la réponse


    Les emballages utilisés en contact avec les aliments comme les sachets vapeur, les bols et les barquettes sont soumis à une réglementation française et européenne stricte. Pour les matières plastiques, cette dernière précise notamment les limites maximales de migration et les règles de base à appliquer pour vérifier la migration des constituants. Lors du choix de l’emballage, nous nous assurons que ces derniers sont adaptés au produit et aux conditions d’utilisation indiquées dans nos modes d’emploi. En conséquence, lorsque le réchauffage ou la cuisson se font dans l’emballage, il est important de respecter le mode d’emploi recommandé. En ce qui concerne le bisphénol A (qui est utilisé dans la fabrication de certains plastiques rigides), nous pouvons vous confirmer qu’aucun de nos emballages de produits n’en contient.

  • "Pourquoi vos crevettes nordiques présentent souvent des œufs, alors que ce n'est jamais le cas pour les crevettes tropicales ? N'y a-t-il pas un risque pour la sauvegarde de l'espèce ?" Lire la réponse

    La présence des œufs sous l'abdomen des crevettes nordiques s'explique par son cycle de vie. Cette crevette est hermaphrodite, elle est d'abord mâle puis au bout de 4 ou 5 ans elle devient femelle. Les plus grosses crevettes sont des femelles. Les œufs se forment dans la tête comme chez tous les crustacés, ils migrent ensuite sous l'abdomen et y restent accrochés. Contrairement à d'autres espèces de crevettes (notamment les crevettes tropicales), les œufs de cette espèce Pandalus borealis restent collés sous l'abdomen entre octobre et avril globalement. Après éclosion des œufs, au printemps, les crevettes muent, s'accouplent et le cycle recommence. La période pendant laquelle il n'y a pas d’œuf ni dans la tête ni sous l'abdomen est donc très réduite dans le temps. La présence des œufs sous l'abdomen n'a pas d'impact négatif sur la qualité de la chair. Les pêches de la crevette nordiques sont suivies et réglementées. Des quotas sont attribués afin de protéger cette espèce. C'est une ressource durable qui a obtenu la certification MSC* déjà visible sur nos références crevette nordiques cuites décortiquées et qui figurera sur nos emballages de crevettes nordiques entières cuites 90/120 pièces au kilo, au cours du 2nd semestres 2015.
    *Référentiel environnemental pour une pêche durable et bien gérée.

  • "Je souhaite savoir si vous réalisez toujours des tests ADN sur les viandes utilisées dans vos plats cuisinés ?" Lire la réponse

    Nous nous sommes engagés en février 2013 à réaliser des tests ADN systématiques sur tous nos produits cuisinés à base de bœuf et nous respectons cet engagement : chaque lot de produit est analysé avant sa mise en vente dans nos magasins. En plus de ces contrôles systématiques sur les plats à base de boeuf, nous réalisons également des analyses sur les autres types de viande et sur les produits de la mer. En 2014, nous avons effectué plus de 500 recherches d'espèces sur les viandes et près de 200 sur les produits de la mer. Nous réalisons désormais une partie de ces analyses dans notre laboratoire interne et nous travaillons également avec des laboratoires spécialisés comme par exemple HISTALIM à Montpellier qui nous assiste dans la vérification de la composition de nos produits alimentaires contenant de la viande ou du poisson via des techniques d'histologie et des tests ADN.

  • "Certains de vos produits contiennent de l'huile de palme. Quelle est votre politique en la matière ?" Lire la réponse

    Nous travaillons depuis 4 ans sur ce sujet en tenant compte des enjeux environnementaux, nutritionnels, technologiques et économiques. Nous avons pris la décision de limiter l'emploi de l'huile de palme dans nos produits car même si cette huile, consommée en petite quantité ne pose aucun problème de santé, sa composition nutritionnelle reste moins variée en acides gras que d'autres graisses. Par ailleurs, la production en masse de cette huile pose un certain nombre de problèmes environnementaux et c'est pourquoi depuis 2011, nous passons progressivement en huile de palme certifié CSPO* pour que l'intégralité des produits Picard contenant des matières grasses de palme soient certifiés d'ici fin 2015.
    Actuellement, moins de 8% de nos produits contiennent de l'huile de palme : à chaque que nous avons pu remplacer l'huile de palme par une autre matière grasse sans impact sur la qualité des produits, nous l'avons fait. Ainsi, nos gammes de poissons panés et nos pommes de terre pré-frites ont été reformulées en priorité et ne contiennent plus d’huile de palme.
    *Certification d'huile de palme durable.

  • "Que signifient les étoiles qui figurent à côté des dénominations de certaines viandes ?" Lire la réponse

    Fin 2014, la réglementation a évolué dans le but de simplifier l'information pour les consommateurs notamment sur le potentiel de tendreté des morceaux de viandes. Cette mesure concerne l'étiquetage des viandes de boeuf, de veau et d'agneau proposées en libre-service (c'est-à-dire pré-emballées, qu'elles soient fraîches ou surgelées). Désormais, il est possible de présenter certains morceaux sous un nom générique tel que "steak, rôti, sauté, bourguignon...", sans obligatoirement préciser le nom précis du (des) muscle(s). La dénomination est maintenant également complétée par des étoiles représentant le potentiel de tendreté de la viande, répartie en 3 classes de * à *** (pour le potentiel le plus élevé). Ainsi un steak taillé dans une bavette d'aloyau est qualifié de ***, quand un steak tranché dans la basse côte est **. Pour les viandes Picard, nous appliquons progressivement cette nouvelle mesure pour nos emballages, tout en continuant à mentionner le nom précis des morceaux de viandes utilisés.

Nos suggestions

8 biftecks hachés bio, pur boeuf, 15% M.G maximum la boîte de 800 g 13.12 /kg
Plus Moins
ª  10.50 11.95
Poulet au curry et au lait de coco, duo de riz barquette de 300 g 6.00 /kg
Plus Moins
ª  1.80 2.00