L’huile de Palme, C'est fini.

Il aura fallu 9 ans de recherches et développement, 9 ans d’un travail acharné pour y parvenir, mais c’est aujourd’hui chose faite : depuis début 2020, 100% des produits Picard sont sans huile de palme.

L’HUILE DE PALME, C’EST QUOI ?

Extraite par pression à chaud de la pulpe du fruit du palmier à huile, un arbre tropical des régions proches de l’équateur, l’huile de palme (ou huile de palmiste lorsqu’elle est issue du noyau) est la matière grasse végétale la plus consommée au monde.

Particulièrement prisée pour ses nombreuses qualités (goût neutre, excellente résistance à l’oxydation et à la cuisson, solide à température ambiante et rendu onctueux) et son coût très faible (par rapport aux autres huiles végétales), l’huile de palme est depuis longtemps utilisée dans de très nombreuses préparations alimentaires industrielles mais fait depuis quelques années l’objet de très nombreuses polémiques.

POURQUOI LA SUPPRIMER ?

Riche en acides gras saturés soupçonnés de favoriser les problèmes cardiovasculaires, l’huile de palme est souvent accusée d’être mauvaise pour la santé. Il convient cependant d’être prudent. Consommée en petite quantité, son impact reste moindre. En revanche, l’impact de l’huile de palme sur l’environnement est, lui, malheureusement incontestable.

Sa culture et sa production sont en effet responsables de très nombreux dégâts environnementaux et sociaux. En Indonésie et en Malaisie, premiers producteurs mondiaux, la déforestation nécessaire à l’expansion des activités de production d’huile de palme a participé à une extinction massive de la faune sauvage (rhinocéros, tigres, orang-outan). Les pratiques agricoles, comme la culture sur brûlis, ont engendré une pollution accrue des eaux, des sols et de l’atmosphère et la destruction d’écosystèmes fragiles, tandis que l’abattage des forêts primaires a contribué à l’augmentation de la production de gaz à effet de serre et au réchauffement climatique.

Parallèlement, les populations locales sont elles aussi directement et durement impactées. Expropriées de leurs terres pour faire place aux plantations de palmiers à huile, des milliers des personnes voient leur patrimoine territorial, culturel et alimentaire bafoué et leur subsistance menacée.

Conscient des impacts négatifs de cette culture tant sur la santé que sur les hommes et la planète, nous avons aujourd’hui banni l’huile de palme de tous nos produits et l’avons remplacée par des alternatives plus saines. Mais ce processus a pris du temps.

TROUVER DES ALTERNATIVES À L’HUILE DE PALME : UN DÉFI.

Dès 2011, Picard prend la décision de supprimer totalement l’huile de palme de ses produits afin de la remplacer dès que possible par des matières grasses de meilleure qualité, tant d’un point de vue nutritionnel qu’environnemental. À cette époque, 8,5% des produits Picard en contenaient, représentant un besoin équivalent à 400 tonnes d’huile de palme par an.

Premiers produits en ligne de mire, ceux nécessitant le plus de matières grasses : les produits pré-frits (comme les frites ou les poissons panés) dont les bains d’huile de palme sont progressivement remplacés par des bains d’huile de tournesol et/ou colza.

poissons panes

Parallèlement, pour les produits pour lesquels la substitution n’est alors techniquement pas encore possible, Picard investit dès 2012 dans des certificats GREENPALM délivrés par la RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil) pour soutenir une production d’huile de palme issue de plantations durables et certifiées et favoriser l’émergence d’une filière de producteurs aux méthodes plus éthiques et plus responsables.

Nos efforts portent alors doucement leurs fruits et de nouvelles solutions technologiques voient le jour.En 2013, seuls 7% de nos produits contiennent encore de l’huile de palme et dès mars 2015, plus aucun produit pré-frit n’en utilise, l’huile de palme ayant été remplacée à 100% par de l’huile de tournesol et/ou colza.

En 2017, les chiffres baissent de manière encore plus spectaculaire. Seul 1,4% des produits Picard nécessite encore l’utilisation d’huile de palme (100% certifiée durable – RSPO) mais dans des proportions beaucoup plus faibles (moins de 2% de la composition). Des produits comme les cônes glacés, pour lesquels l’huile de palme est utilisée pour garantir la tenue du glaçage chocolat à l’intérieur de la gaufrette, l’abandonnent à leur tour, la remplaçant par de l’huile de coprah (ou huile de coco).

eclairs au chocolat

Après 3 années supplémentaires de recherches et de développement pour obtenir des résultats à la hauteur des enjeux et des ambitions, et en accord avec les critères exigeants imposés par notre charte qualité, l’huile de palme disparaît des 3 derniers produits Picard qui en contenaient encore (nos 4 éclairs chocolat et café et nos Opéras pour ne pas les nommer).

En 2020, l’objectif est donc atteint : 100% des produits Picard sont désormais garantis sans huile de palme.