Picard à votre service Picard vous répond

Les dernières questions posées

  • Plusieurs distributeurs ont pris la décision de ne plus commercialiser certaines espèces de poissons issus de la pêche en eau profonde en raison de leur fragilité. Quelle est la position de Picard à ce sujet ?

    Les espèces dites de grands fonds couramment répertoriées sont : lingue bleue, sabre noir, grenadier de roche, grenadier berglax, phycis de fond, dorade rose, béryx, requins de grands fonds (dont requin siki). Certaines enseignes de la grande distribution ont effectivement annoncé l'arrêt de la commercialisation des espèces de grands fond (pêche en eaux profondes) : sabre noir, grenadier et brosme. Picard n’a jamais vendu de sabre noir, brosme ou lingue bleue. Et nous avons arrêté la commercialisation de la lingue franche (julienne) et du grenadier il y a plus de 15 ans. Nous avons également supprimé de notre gamme depuis 2007 les filets d'empereur, compte-tenu des nombreux avis et incertitudes sur cette espèce. Des espèces parfois évoquées comme le merlu blanc du Cap ou la dorade sébaste sont issues d'une pêcherie durable labellisée MSC. La labellisation MSC permet de suivre les espèces et pêcheries labellisées au niveau des stocks de poisson, de l'effort de pêche, de l'impact sur le milieu marin et sur la biodiversité (notamment prises accessoires, rejet...).

  • Pourquoi tous vos poissons ne portent-ils pas l'écolabel MSC ?

    Le label MSC, Marine Stewardship Council, évalue la pêche sauvage. Nous proposons actuellement plus de 40 produits de la mer certifiés "MSC pour une pêche durable", cela représente plus de 60% des volumes vendus en produits de la mer sauvages et une variété de produits et d'espèces de poissons, mollusques et crustacés. La durabilité passe aussi pour nous par l'encouragement des filières courtes et simples et en travaillant avec nos fournisseurs pour développer des pratiques plus vertueuses. Nos produits de la mer sont pour la quasi-totalité transformés dans les pays de débarquement. Pour les produits aquatiques issus d’élevage, nous proposons une offre BIO et ASC. L’écolabel ASC est le pendant du label MSC pour l’aquaculture.

Information Coronavirus

  • Quelles sont les mesures d’hygiène mises en place dans les magasins Picard ?

    Les équipes des magasins Picard sont pleinement sensibilisées aux gestes barrières et aux mesures d’hygiène et de santé préconisés par les autorités compétentes. En magasin, afin d’assurer la sécurité de tous, un distributeur de lotion hydroalcoolique est à disposition des clients à l'entrée de nos magasins et il est obligatoire de s’en servir avant d'entrer dans un de nos points de vente. Le port du masque est obligatoire. Nous mettons à disposition de nos clients une solution désinfectante qu’il est recommandé d’utiliser avant de se munir d’un panier ou un caddie. Des parois en plexiglas ont été mises en place aux caisses pour limiter les contacts. Un scanner spécifique client vous permet de scanner vous-même votre carte Picard & Moi.Le nombre maximum de clients pouvant être présent simultanément dans le magasin est affiché à l’entrée, afin de respecter la distanciation physique. Le protocole de nettoyage désinfection est renforcé depuis le début de l’épidémie. Des audits sont effectués en magasin pour vérifier la bonne application de l’ensemble de ces mesures.
  • Vos magasins sont -ils ouverts pendant le confinement ?

    Nos magasins restent ouverts aux horaires habituels. Nous vous invitons à les consulter ici : https://magasins.picard.fr.

  • Quelles sont les mesures d’hygiène mises en place lors de la livraison à domicile ?

    Pour assurer une livraison de vos courses en toute sécurité. Picard a mis en place des mesures sanitaires préventives pour éviter tout risque de transmission. Le chauffeur évite tout contact avec le client lors de la livraison : on remet le colis sans faire signer le destinataire et aucune facture n’est transmise. Elle est envoyée par email sur son compte Picard& Moi. En ce qui concerne le nettoyage des camions de livraison, tous les points de contact sont désinfectés (clés, volants, levier de vitesse, tableau de bord, poignées et outil de manutention) à chaque prise de poste et nouvelle manipulation. Le livreur est équipé de gel hydroalcoolique pour la désinfection des mains, et il porte obligatoirement un masque quand il est en contact avec les clients ou des collègues.

Technique du surgelé

  • J'ai remarqué que les sachets de julienne de légumes présentent souvent des blocs agglomérés et du givre alors que les autres légumes du même congélateur sont d'un aspect parfait. Est-ce normal ?

    Même si givre et compactage sont des indicateurs de rupture du froids pour la plupart des produits, certains aliments très riches en eau et coupés finement peuvent présenter un légèrement givré et compacté dès leur production, sans que leur qualité n'en soit altérée. En effet, la coupe provoque un exsudat d'eau important : c'est le cas des oignons émincés, des juliennes de légumes... Pour ces produits, malgré une surgélation rapide et une bonne conservation, les petits morceaux ont tendance à s'agglomérer dans le sachet sans pour autant avoir subi une rupture de la chaîne du froid. Il faut, pour ces aliments, observer d'autres signes tels que la déshydratation de la surface ("brûlure" par le froid) ou le brunissement (champignons de Paris...) pour suspecter un problème dans la chaîne du froid.
  • J’aimerais des précisions sur la mention qui figure sur tous vos emballages «ne jamais recongeler un produit décongelé». Ne puis-je pas congeler un plat que j’aurais cuisiné à partir de viande surgelée ?

    Cette mention est obligatoire sur l’étiquetage des produits surgelés et signifie qu’il ne faut pas, recongeler «en l’état» un produit décongelé.
    En revanche, il n’est pas du tout contre-indiqué de congeler un plat cuisiné que vous aurez préparé à partir d’une viande surgelée, puisque l’ensemble aura subi une cuisson. Toutefois, un plat cuisiné vendu à l’état surgelé ne pourra pas être recongelé une fois décongelé ou réchauffé.
  • Quelle est la différence entre un produit congelé et un produit surgelé ?

    Le récapitulatif ci-dessous dresse les différences que l’on attribue à la définition des mentions «congelé» et «surgelé».
    Pour bénéficier du qualificatif «surgelé», les 4 conditions suivantes doivent être respectées :

    1 – le refroidissement doit être précoce, c’est-à-dire intervenir immédiatement après la fabrication d’un plat cuisiné par exemple ou quelques heures après la récolte d’un légume.
    2 – le refroidissement doit être rapide : les produits doivent être «saisis» par le froid, c’est-à-dire placés dans une enceinte de surgélation à très basse température, bien inférieure à la température de conservation de – 18°C.
    3 – aucune transformation ultérieure n’est autorisée sur un produit surgelé.
    4 – la température de conservation doit être inférieure à – 18°C.

    La plupart de nos produits sont surgelés (légumes, plats cuisinés, desserts) ; cependant, certains sont congelés car ils ne satisfont pas à l’ensemble des critères définis ci-dessus. Certains produits de la mer par exemple portent la mention «congelé» car ils subissent une découpe après la descente en température. Certaines viandes nécessitant une période de maturation entre l’abattage de l’animal et le refroidissement (le bœuf par exemple) ne bénéficient donc pas d’un refroidissement «précoce» est sont, pour cette raison, étiquetées «congelées». Certains produits peuvent être refroidis plus lentement, c’est-à-dire placés en chambre froide à la température de conservation ; ce cas de figure se rencontre principalement lors de la congélation à domicile, très rarement pour les produits industriels.

    PRODUIT CONGELE :

    • Produit sain au départ
    • Refroidissement à basse température (mini – 12 °C)
    • Maintien à température inférieure à – 12 °C

    PRODUIT SURGELE :

    • Produit sain au départ
    • Refroidissement précoce et rapide à très basse température
    • Maintien à température inférieure à – 18 °C