Picard à votre service Picard vous répond

Les dernières questions posées

Santé et nutrition

  • Pour vos filets de poisson présentés avec peau, les valeurs nutritionnelles affichées sur l'emballage tiennent-elles compte de la peau?

    Nous tenons compte des usages de consommation : ainsi, pour les filets de poisson à peau fine qui sont couramment consommés avec la peau, nos analyses portent sur le filet avec peau. C'est le cas des filets de sardine, de limande, de rouget-barbet cinnabare et de maquereau. En revanche, pour les espèces à peau épaisse comme le saumon, les valeurs nutritionnelles étiquetées ne concernent que la chair de poisson.
  • Je consomme beaucoup de légumes surgelés et j’aimerais m’assurer que les emballages ne renferment pas de substances indésirables comme le bisphénol.

    Les emballages utilisés en contact avec les aliments comme les sachets vapeur, les bols et les barquettes sont soumis à une réglementation française et européenne stricte. Pour les matières plastiques, cette dernière précise notamment les limites maximales de migration et les règles de base à appliquer pour vérifier la migration des constituants. Lors du choix de l’emballage, nous nous assurons que ces derniers sont adaptés au produit et aux conditions d’utilisation indiquées dans nos modes d’emploi. En conséquence, lorsque le réchauffage ou la cuisson se font dans l’emballage, il est important de respecter le mode d’emploi recommandé. En ce qui concerne le bisphénol A (qui est utilisé dans la fabrication de certains plastiques rigides), nous pouvons vous confirmer qu’aucun de nos emballages de produits n’en contient.
  • Pourquoi l’emballage des myrtilles bio préconise de cuire les fruits ? N’est-il pas possible de les consommer crues ?

    Les myrtilles bio étant récoltées en forêt, elles sont au contact de la faune et de la flore sauvage. Les autorités sanitaires identifient l’existence d’un risque lié à la présence potentielle de parasites dans ce type d’environnement de récolte en Europe et préconisent dans les régions à risque de ne pas manger de plantes ou de fruits sauvages crus (pissenlits, myrtilles, fraises des bois…). Pour préserver au maximum les qualités organoleptiques de ce fruit très fragile, nos myrtilles sont directement surgelées sans lavage. Un tri pour sélectionner les baies les plus qualitatives est ensuite effectué après surgélation. Par mesure de précaution, nous conseillons donc la consommation après cuisson pour éviter tout risque, conformément aux préconisations des autorités. Lorsque vous souhaitez consommer des baies rouges crues, nous vous suggérons de choisir des baies issues de culture comme nos blueberries.

Composition des produits

  • Je suis déçu par vos pavés de loup de mer, je ne retrouve pas les qualités du loup (bar) que j’ai l’habitude de consommer, ni en texture, ni en goût.

    Pêché dans les eaux agitées d’Islande, le loup de mer est un poisson à la chair blanche et de saveur typée. Sa chair se rétracte à la cuisson ce qui lui confère une bonne tenue et une texture ferme et tendre à la fois. En revanche, le terme « Loup » est ambigu quand il désigne un poisson. En français, on peut le retrouver dans plusieurs noms de poissons. Mais seul leur nom est proche, les poissons et leur chair sont différents. Anarhichas lupus a deux dénominations de vente autorisées : loup de mer et loup de l’Atlantique. Il ne faut pas le confondre avec le bar (Dicentrarchus labrax) également appelé loup, notamment sur la côte méditerranéenne, dont la chair est délicatement parfumée et goûteuse et sa texture est fine et moelleuse. Ce poisson haut de gamme est d’un prix plus élevé, ses dénominations de ventes autorisées sont bar commun, bar ou loup. Le loup de mer est un poisson ayant un prix plus accessible.
  • Colin d’Alaska, colin lieu, quelles sont les différences ?

    Le colin d’Alaska (appelé aussi Lieu d’Alaska) est pêché dans l’océan Pacifique Nord. Sa chair est blanche, de bonne tenue, avec une saveur douce, un peu plus typée que celle du cabillaud. C’est un poisson maigre qui offre des filets et des dos plus fins que ceux du colin lieu. Le colin lieu (appelé aussi lieu noir ou colin noir) est pêché dans l’océan Atlantique Nord. Sa chair est plus foncée, un peu beige (d’où son nom), sa texture est ferme et moelleuse, son goût est plus prononcé que celui du cabillaud et du colin d'Alaska. Il s'agit également d'un poisson maigre dont la chair de bonne tenue se prête très bien à tout type de préparation. D'autre part c'est un plus gros poisson que le colin d'Alaska, ses dos sont donc plus charnus, permettant une belle présentation à l’assiette. Nos colin lieu et colin d’Alaska sont deux poissons MSC pêchés dans des conditions durables et ayant un très bon rapport qualité/prix. Ce sont 2 espèces appartenant à la même famille de poissons (les Gadidés), leur chair s’effeuille en lamelles une fois cuite. Dans les préparations, ils peuvent se remplacer mutuellement.
  • Trouve-t-on des ajouts de conservateurs tels que les sulfites dans vos produits ?

    Les viandes et légumes non préparés ne contiennent pas de sulfites. Certains de nos produits de la mer en revanche peuvent en contenir. Lorsque les sulfites ne figurent pas dans la liste des ingrédients, cela signifie que le produit est constitué de 100 % de l'espèce vendue. Lorsque les sulfites sont utilisés, cette mention figure en toute lettre dans la composition. Le sulfite de sodium est utilisé pour éviter le noircissement de la carapace de certains crustacés. Ce phénomène se développe dès la pêche et commence par les pattes avant de gagner le reste de la carapace. Ce processus est plus rapide sous des climats tropicaux, voire tempérés. Plus le crustacé est surgelé vite, moins cette coloration a le temps de se développer. C'est pour cette raison qu'il est utilisé dans les crustacés issus de régions chaudes / tempérées et vendus avec leur carapace comme les crevettes tropicales crues et cuites, les langoustines et les langoustes des Caraïbes. Les crevettes nordiques, les queues de langouste Terres Australes et Antartique Française au contraire ne sont pas traitées car elles sont issues de climat froid et le produit est surgelé en mer. Les crevettes décortiquées n'ont pas cet ajout car le noircissement ne concerne que la carapace et n'affecte pas la chair. Enfin, les sulfites sont présents dans certains produits assaisonnés, notamment quand il y a de la moutarde, du vin ou du vinaigre.